Les plantes envahissantes

Le jardin naturel

Les plantes envahissantes

Ces plantes qui n’ont pas besoin d’être plantées

Certaines plantes sont belles et faciles à faire pousser dans son jardin – elles s’invitent même souvent toutes seules ! Mais, quand elles s’échappent dans la nature, elles menacent les espèces indigènes en prenant tout simplement leur place. Elles ont des stratégies d’expansion particulièrement efficaces : beaucoup de graines, longs rhizomes et feuillage dense sont autant de moyens de faire une féroce concurrence aux graines indigènes qui ne peuvent germer.

On appelle aussi ces plantes “néophytes”, littéralement “plantes nouvelles” : elles sont effectivement arrivées chez nous récemment, avec avant tout la démocratisation de l’importation des plantes d’ornement.

En voici quelques exemples que l’on retrouve facilement dans les jardins.

Invasion Solidage Géant

Le solidage géant et le solidage du Canada

Le solidage géant et le solidage du Canada, appelés aussi verges d’or sont des plantes d’Amérique du Nord qui ont été introduites comme plantes d’ornement et mellifères. Elles se dispersent très facilement dans la nature par leurs stolons et leurs nombreuses graines qui germent sur les terrains nus et les jachères. Les solidages font partie des plantes interdites en Suisse, selon l’ordonnance sur les disséminations dans l’environnement.

Le budleia ou arbre à papillons

Le budleia ou arbre à papillons a été introduit comme arbuste d’ornement. Il s’étend facilement dans la nature par ses stolons et ses graines facilement transportables par le vent. Il colonise très vite les sols nus où il forme des populations denses qui empêchent la végétation indigène de se développer. Il attire effectivement les papillons, mais ne nourrit pas du tout leurs chenilles qui ont besoin de plantes indigènes. Bien qu’il soit très problématique dans la nature, le boudleia est encore en vente dans les jardineries.
Invasion Impatiente Glanduleuse

L’impatiente glanduleuse

L’impatiente glanduleuse est une plante ornementale introduite d’Himalaya qui se répand très rapidement dans la nature en catapultant ses graines et forme ainsi des populations très denses dans les milieux humides. Ses grandes ampes sèchent en automne et laissent ainsi un sol nu exposé à l’érosion en hiver. Les berges de rivières sont particulièrement exposées à cette problématique. Cette plante est également interdite en Suisse.

La renouée du Japon

La renouée du Japon a été introduite en Europe comme plante ornementale et fourragère. Elle forme des populations denses sous lesquelles aucune autre plante ne peut pousser. Comme l’impatiente glanduleuse, elle meurt en hiver, laissant le sol nu et exposé à l’érosion provoquant de potentiels coûts non négligeables. Elle fait également partie des plantes interdites en Suisse.
Renouée du Japon
Haie de Tuyas à Lausanne

Laurelle

Le laurier-cerise ou laurelle a été introduit comme arbuste à haie bien opaque. Ses graines sont facilement dispersées par les oiseaux et les déchets de branches déposés dans les composts sauvages s’enracinent facilement. Il colonise ainsi très rapidement les sous-bois alentour, faisant concurrence à la flore printanière des sous-bois. Si l’on veut une haie opaque toute l’année on peut également faire monter du lierre sur une structure simple en treillis qui deviendra vite assez dense pour ne plus rien voir à travers !

L’ambroisie à feuilles d’armoise

L’ambroisie à feuilles d’armoise représente un danger pour l’homme: son pollen est très allergisant. Elle a été introduite d’Amérique du Nord accidentellement, essentiellement par les mélanges de graines pour oiseaux. Elle se répand très facilement sur les surfaces nues. Elle est interdite en Suisse.
ambroisies

La grande berce du Caucase

La grande berce du Caucase représente également un danger pour l’homme : elle provoque des cloques et des brûlures au contact avec la peau et sous l’action du soleil. Elle a été introduite comme plante d’ornement ou plante mellifère et se répand facilement dans les endroits riches en nutriments et humides.

Et encore

Pour aller plus loin

Les sites et plateformes

 

Les professionnels du domaine

Pour trouver un professionnel spécialisé dans le domaine en Suisse, consultez notre liste de membres.

FAIRE UN DON