Récupération de l’eau de pluie

Gestion de l'eau

Récupération de l’eau de pluie

Capter l’eau du ciel, ça coule de source ?

La récupération des eaux de pluie fait traditionnellement partie du quotidien dans beaucoup de régions du monde. En Suisse, il pleut suffisamment, et de manière bien répartie tout au long des saisons, pour pouvoir recueillir assez d’eau pour la plupart de nos besoins. En effet, en Suisse, chaque mètre carré de toiture reçoit en moyenne 800 litres d’eau, sachant toutefois qu’il y a une très grande variabilité d’une région à l’autre : par exemple 550 litres/m2 à Sion ou 1400 litres/m2 à Montreux.

Du simple tonneau au pied de la gouttière pour l’arrosage du jardin aux citernes sophistiquées pour l’eau domestique, il existe de nombreux systèmes de stockage permettant de récupérer l’eau du ciel.

Quel intérêt y a-t-il à utiliser l’eau de pluie?

  • L’eau de pluie est meilleure pour le jardin que l’eau du réseau, car elle n’est pas calcaire, pas chlorée, ni trop froide. Elle est aussi bonne pour la peau du fait de sa légère acidité ;
  • Dans les régions au substrat calcaire, l’utilisation d’eau de pluie prolonge la durée de vie de la robinetterie et des appareils ménagers, car elle ne provoque aucun dépôt ;
  • Du point de vue écologique, l’eau de pluie, peu calcaire, permet d’utiliser beaucoup moins de savon et de se passer complètement des adoucissants pour la lessive ;
  • L’eau de pluie ne coûte que l’argent investi pour la récupérer. L’utiliser permet de réduire sa facture annuelle et procure une indépendance agréable vis-à-vis du réseau de distribution officiel.

Deux solutions pour récupérer l’eau pour le jardin

Tonneaux, cuves et bidons :  à vous de choisir

Si vous avez un petit jardin avec un bout de pelouse et un petit potager, la solution la plus simple consiste à collecter l’eau de pluie dans un réservoir muni d’un robinet. Si vous installez un collecteur sur la descente de gouttière, optez pour un collecteur filtrant : cela évite de salir l’eau avec des feuilles, insectes, mousses et autres brindilles qui étaient sur le toit. On trouve différents types et tailles de réservoirs : cubiques, cylindriques, en forme de colonne romaine ou d’amphore géante ou alors comme le Top Tank, démontable en 2 coques (pratique pour le rangement).

 

Quelques conseils :

  • la cuve que vous choisirez doit supporter les UV
  • il est préférable de disposer d’un système de vidange totale
  • il faut être attentif aux dimensions de votre réservoir qui doit pouvoir passer les portes de l’endroit où vous comptez le stocker en hiver. En effet, il est conseillé de nettoyer complètement le réservoir et de le ranger à l’abri pendant la mauvaise saison, histoire de lui assurer une longue durée de vie.

Il existe aussi des cuves souples en kit pour l’arrosage. Ces modèles facilitent le transport, le montage et le stockage. Elles sont opaques et un canal d’aération permet d’en vider l’air, ce qui garantit une bonne qualité d’eau, sans développement d’algues. Certaines de ces cuves extérieures peuvent être équipées d’une pompe munie d’un système d’arrosage automatique.

Si vous avez un grand potager, des bêtes à abreuver, ou si vous ne souhaitez pas avoir un réservoir en plastique en permanence devant votre façade, optez plutôt pour une cuve enterrée ! Elle présente en plus l’avantage de pouvoir être utilisée toute l’année !

Pour le jardin, on utilise généralement des cuves en polyéthylène, plus faciles à installer et à entretenir. Elles sont solides et résistent à la pression du sol, mais leur capacité excède rarement 10 m; toutefois, on peut sans autre les monter en série si l’on veut plus de volume.

L’eau qui y sera stockée conviendra pour le jardin, mais aussi pour les toilettes et les appareils électroménagers (machines à laver) qui auront une plus longue durée de vie du fait du peu de calcaire contenu dans cette eau. Par contre, dépourvue de sels minéraux et partiellement chargée de polluants atmosphériques, cette eau ne sera pas considérée comme potable.

On trouve plusieurs autres modèles de cuves à enterrer :

  • Les cuves en béton ont le gros avantage de minéraliser l’eau de pluie et de neutraliser un peu son acidité naturelle, ce qui est indispensable pour un usage domestique ;
  • Les citernes en acier peuvent avoir une capacité allant jusqu’à 100 m3 et leur durée de vie est très longue. Leur pose est un peu moins coûteuse que celle des citernes en béton ;
  • Il existe aussi des citernes souples qui peuvent atteindre 400 m3 de capacité. Elles ont l’avantage d’être faciles à transporter et à installer. L’eau s’y garde avec peu de risque de contamination et d’oxydation.

Pour rendre l’eau potable avec n’importe quelle cuve, vous pourrez vous équiper d’un système de filtre que les professionnels vous proposeront.

L’eau de pluie pour la maison

Les installations les plus courantes sont celles qui combinent l’eau de pluie et l’eau du réseau. On utilise l’eau de pluie pour le jardin, les bassins, les WC et le lave-linge, mais on garde un circuit séparé pour les robinets intérieurs et la douche, qui sont branchés sur le réseau. Néanmoins, on peut obtenir une eau potable d’excellente qualité avec l’eau de citerne et être ainsi complètement indépendant du réseau de distribution d’eau.

Comment évaluer ses besoins ?

En Suisse, on peut tabler sur 600 à plus de 1000 litres récupérés par mètre carré de toiture – les professionnels ont à disposition les moyennes annuelles des précipitations de chaque commune. Vous trouvez des formulaires en ligne sur les sites des installateurs qui vous permettront d’évaluer vos besoins.

En voici le principe :
Pour calculer le potentiel de récupération de votre maison, il faut multiplier les précipitations annuelles pour notre région (en mm/an ou en litre/m2/an) par la surface de la toiture en m2 et par le coefficient de perte, qu’on estime généralement à 0,9 pour un toit de tuiles, 0,8 pour un toit ondulé et 0,6 pour un toit plat.
Exemple: 1000l x 130m2 x 0.9 = 117000 l/an

Pour calculer ses besoins en eau (sans traitement), les professionnels donnent les chiffres annuels suivants :

  • WC : 8000 litres par personne
  • Lave-linge : 3700 litres par personne
  • Nettoyages : 800 litres par personne
  • Jardin : 60 litres par m2

Exemple pour une famille de 4 personnes avec un jardin de 600 m2:
(8000 x 4) + (3700 x 4) + (800 x 4) + (60 x 600) = 86000 litres 


La capacité de la cuve nécessaire se calcule en faisant la moyenne entre l’eau collectée et le besoin annuel de la maisonnée, multipliée par le nombre de jours de réserve que l’on choisit. C’est en général 3 semaines, soit 21 jours divisés par 365.
Dans notre exemple, cela donne:
(117000 + 86000)/ 2) x (21/365) = 5840 litres

Et encore

Pour aller plus loin

Pour résumer, il existe une multitude de types de citernes à installer à l’intérieur dans une cave ou enterrée à l’extérieur. Un professionnel vous conseillera la plus adaptée à vos besoins, à votre budget ainsi qu’à la constitution de votre terrain (place disponible, type de sol, etc.). La plupart des entreprises proposent des “kit” ou “pack” comprenant cuve, pompe, tuyaux de raccordement, console de pilotage et filtre. Vous trouverez des schémas explicatifs sur leurs sites internet.

Les bonnes lectures

Les liens utiles

  • www.cledesol-fog.ch : Un bel exemple de maison écologique, voir le système de récupération de l’eau de pluie.

Les professionnels du domaine

Pour trouver un professionnel spécialisé dans le domaine en Suisse, consultez notre liste de membres.

FAIRE UN DON