L’ortie

Le purin d’ortie ou extrait fermenté d’ortie

photo: G. Hayot

L’ortie pique certes, mais c’est bien son seul défaut ! Elle a en effet de nombreuses qualités dont il est facile de profiter au jardin comme à table. A ses multiples propriétés médicinales – dépurative, antidiabétique, anti-rhumatisme et anti-hémorragie – s’ajoutent sa faculté de rééquilibrer le sol : elle se nourrit de nitrate et phosphate qu’elle accumule dans ses tissus sous forme d’azote, de fer ou encore de potassium et quand elle se décompose, elle libère ces précieuses substances et les rends assimilables par les micro-organismes du sol et par les autres végétaux. Ainsi, les légumes bichonnés à l’ortie poussent mieux et plus vite que les autres et résistent aussi mieux aux agresseurs potentiels : champignons et acariens n’y prendront pas pied !

Mais comment et qu’est-ce qu’il faut utiliser ? Il vous faut « tout simplement » fabriquer votre « purin » ou plus exactement votre « extrait fermenté » d’ortie, ou plus simplement faire une infusion d’ortie.

Attention ! Il faut toujours diluer ces préparations d’ortie, sans ça, il y a le risque qu’elles fassent office d’herbicide en brûlant toutes les plantes touchées ! On utilise de préférence de l’eau de pluie, récoltée dans un récupérateur d’eau de pluie dans le jardin, car elle n’est pas chlorée et elle est peu calcaire.

L’extrait fermenté

On utilisera l’extrait fermenté comme

  • stimulateur de germination des semences en trempant les semences au maximum 30min dans l’extrait pur ou pendant 12h dans de l’extrait dilué à 20% (2litres pour 8 litres d’eau de pluie = 10 litres en tout).
  • stimulateur de croissance en arrosant le pied des légumes et des jeunes arbres fruitiers une fois tous les 15 jours (dilution 10 à 20%) ou en humectant les feuillages avec un pulvérisateur (dilution 3 à 5% = 3 à 5 dl d’extrait et 9.7 ou 9.5 litres d’eau de pluie).

Recette:

  • Couper en petit morceau 1kg d’ortie (avec gants et cisaille !). Les mettre dans un seau en plastique avec 10l d’eau de pluie
  • Laisser fermenter, à l’ombre, pendant une à deux semaine en remuant chaque jour avec un bâton. La fermentation est terminée lorsqu’il n’y a plus de petites bulles qui remontent à la surface
  • Filtrer le liquide et l’utiliser rapidement ou le conserver dans un bidon bien hermétique à l’ombre et au frais

L’infusion d’ortie

On utilisera l’infusion diluée à 10% (1l d’infusion pour 9 litre d’eau de pluie) comme insectifuge contre pucerons, acariens et carpocapse en la pulvérisant sur les endroits attaqués.

Recette:

  • couper en petit morceau 1kg d’ortie (avec gants et cisaille !). Les mettre dans un seau en plastique avec 10l d’eau de pluie
  • laisser infuser pendant 12 h
  • filtrer et stocker hermétiquement, à l’abri de la lumière et au frais.

On peut également en faire une tisane (qui se conservera probablement mieux) en portant à ébullition le mélange et dès que l’eau frémit, retirer du feu et laisser infuser 12h avec un couvercle, puis filtrer et stocker hermétiquement, à l’abri de la lumière et au frais.

Les liens utiles

Les bonnes lectures


Les secrets de l’ortie, Bernard Bertrand, ed. Terran, 10ème édition 2005.

L’ortie une vrai peste ? La Salamandre n°178, février-mars 2007

L’ortie fée de la résistance: Un film documentaire de Perrine Bertrand et Yan Grillsur.
Un film authentique plein de portraits pittoresques de personnes qui utilise l’ortie quotidiennement. Un film optimiste mais aussi touchant et poétique, qui nous incite à préserver notre indépendance !

Ortie et consoude un duo de choc: un article tiré du magazine « les quatres saisons du jardinage » n°157 mars-avril 2006 (pdf)