La laine de mouton

Un produit naturel à valoriser

Près de 400 000 moutons paissent dans les Alpes suisses et la plupart d’entre eux sont tondus une fois par année. Hélas, comme le travail de la laine n’est plus rentable, la laine finit la plupart du temps dans l’incinérateur, tandis que nos pulls de laine sont « made in New Zealand ». L’utilisation de cette fibre pour l’isolation permettrait de valoriser à nouveau cette ressource locale et écologique. C’est en effet une alternative intéressante à la laine de verre. Contrairement à celle-ci, elle nécessite très peu d’énergie grise et est parfaitement biodégradable. Elle est bien perspirante et n’exige donc pas la pose de pare-vapeur. Elle est aussi hydrophobe et brûle difficilement. Seul bémol, les mites aiment la laine et il faut impérativement soustraire cet isolant à leur appétit!

Lire à ce sujet l’article entre laine et mites paru dans « Les 4 saisons du jardin bio », nov 2007.

Une caractéristique de la laine a été récemment démontrée scientifiquement : son aptitude à adsorber les formaldéïdes. Les formaldéïdes constituent un facteur très fréquent et très sérieux de pollution intérieure de l’habitat. Ils émanent des matériaux modernes (mobiliers en panneaux de particules, colles, solvants,…). L’aménagement moderne d’une chambre d’enfant constitue typiquement un exemple de volume fortement pollué par les formaldéïdes. Quelques dm² de laine de mouton suffisent à assainir l’atmosphère intérieure d’une pièce en quelques heures.

En pratique

img20

On peut utiliser la laine de mouton pour isoler sa toiture ou des cloisons creuses. La laine est conditionnée en rouleaux qui se posent comme les laines minérales, mais sans pare-vapeur. Bien que la laine non dégraissée soit naturellement protégée contre les mites, il vaut mieux choisir un produit imprégné au sel de bore, ce qui garantit une protection à long terme. Les insecticides chimiques sont évidemment à proscrire. La filière laine a quasiment disparu de Suisse romande.

L’association « Laines d’Ici« , dans le canton de Neuchâtel, s’emploie toutefois depuis quelques années à revaloriser ce produit naturel. Deux à quatre tonnes de laine sont ainsi récoltées chaque année auprès d’éleveurs de l’arc jurassien, pour être ensuite orientée dans différentes filières, en particulier textile et isolation. La laine pour le textile est vendue directement aux privés par l’association. La laine pour l’isolation est conditionnée par l’entreprise de réinsertion FIWO, en Suisse allemande.

Depuis peu, d’autres initiatives promeuvent la laine suisse comme textile, à l’exemple de la petite entreprise « Du haut des collines » qui propose, entre autres, des vêtements en laine d’ici, tricotées et teintes avec des teintures végétales cultivées au jardin (Lire à ce sujet l’article paru dans le Terre & Nature).

 

Les liens utiles

Les pros

  • MEIGE matériaux Sàrl – Commerce de matériaux de construction naturels – Luc et Aurore Meige- Moulin Bornu – 1318 Pompaples
    021 866 60 32 – www.meige.ch
  • Produits Haga AG, Naturbaustoffe Farben – Hüdelweg 1 – 5102 Rupperswil
    062 897 41 41 – www.haganatur.ch – info@haganatur.ch – Contact : Stéphane Flückiger 079 341 13 16
  • Association Laines d’Ici, Centre régional de la laine à Evologia – Cernier NE
    032 426 48 31 – www.lainesdici.ch