Les chaudières à bois

Les chaudières à bois

Il n’est pas toujours possible d’assurer une bonne circulation de l’air chaud produit par un unique poêle dans toute la maison, et il est fastidieux de gérer en permanence plusieurs foyers. On choisira alors d’installer un circuit de radiateurs ou de chauffage au sol alimenté par une chaudière.

Le poêle chaudière

Il existe des poêles équipés de bouilleurs qui se raccordent aisément à un circuit de radiateurs. Ce sont souvent des fourneaux de cuisine ou « potagers » qui permettent également d’assurer la cuisson des aliments. L’avantage est de garder le foyer « sous la main » plutôt que de devoir descendre à la cave pour alimenter une chaudière. Le rendement est aussi meilleur puisqu’on profite de la chaleur directe pour chauffer la pièce. L’inconvénient est un foyer plus petit qui doit être chargé plus souvent. Il existe des systèmes semblables à partir d’une cheminée de salon (voir plus haut).

La chaudière à bûches

On peut opter pour une chaudière à bûches en lieu et place du mazout sans devoir modifier le réseau de radiateurs. Il faut alors s’assurer que le conduit de cheminée soit adapté. On les charge une ou deux fois par jour, parfois même moins souvent si on dispose d’un gros ballon d’eau chaude pour assurer l’inertie thermique. Malgré cela, le stockage et la manutention des bûches reste une contrainte, surtout pour les personnes qui passent peu de temps à leur domicile.

La chaudière à pellets

En choisissant une chaudière à pellets, on réduit les interventions au strict minimum. Il suffit de faire remplir le silo une fois par saison, par camion, et d’éliminer les cendres du foyer une fois par semaine. Tout le reste est automatisé, comme pour une chaudière à combustible liquide ou gazeux. Les pellets sont fabriqués à partir de sciure et permettent ainsi de valoriser les déchets des scieries. Du point de vue écologique, il est préférable d’utiliser du bois local, afin de réduire au minimum l’énergie grise liée à la fabrication et aux transports des pellets. Celle-ci reste toutefois très modeste en comparaison avec un chauffage fonctionnant aux combustibles fossiles. Une chaudière à pellets nécessite un investissement plus important qu’une installation au mazout, surtout pour le silo à combustible, mais les frais d’entretien sont moindres et le prix du combustible de plus en plus intéressant!

La chaudière à plaquettes

Les chaudières à plaquettes de bois disposent également d’une alimentation automatique à partir d’un silo que l’on remplit par camion. Les plaquettes résultent du broyage de bois, soit directement en forêt, soit sur un site de broyage. Ce système convient particulièrement aux grosses installations collectives de type chauffage à distance de tout un quartier. L’intérêt est de valoriser ainsi le bois local, y compris du bois ne convenant pas pour la confection de bûches (branches, résineux, etc). Ces installations collectives nécessitent de gros investissements (conduites souterraines, centrale de chauffe) mais permettent ainsi de décharger le particulier de tout souci technique. Dans chaque logement, un simple échangeur de chaleur, avec un compteur de calories, suffit à alimenter le circuit de radiateurs ou de chauffage au sol.